Le Perdant radical : les États arabes

Sur le Human Arab Development Report (résumé en francais) 

En ce qui concerne la liberté politique, les États arabes se retrouvent à la dernière place de toutes les régions du monde, y compris derrière l'Afrique noire. Constat d'échec similaire pour l'économie. Même en tenant compte des énormes revenus du pétrole, les pays arabes arrivent avant-derniers ; il n'y a qu'en Afrique que la situation est pire. Les dépenses de recherche et de développement des États arabes représentent tout juste 0,2% de leur produit national brut, ce qui est sept fois moins que la moyenne mondiale. On est également frappé par un déficit dans le transfert des connaissances. Les livres imprimés  dans le monde arabe représentent 0,8% de la production mondiale. Le nombre total de livres traduits à partir d'autres langues depuis le règne du calife Al-Mamoun (813-833), c'est-à-dire au cours des douze derniers siècles, correspond au nombre de traductions d'une seule année en Espagne aujourd'hui. Le rapport relève des blocages similaires concernant la place des femmes dans la société. Là aussi, l'écart avec les autres régions du monde est conséquent ; seuls certains indicateurs de l'Afrique noire sont encore inférieurs à ceux des États de la Ligue arabe ; ainsi, une femme sur deux ne sait ni lire ni écrire.
Hans Magnus Ezensberger, Le Perdant radical, IX.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs