Description d'Amid par Nasir-e Khosrow


Les fondations de la ville reposent sur un rocher monolithique. La longueur de la ville est de 2000 pieds et de même sa largeur. Il y a une enceinte tout autour, faite d'une pierre noire, chaque bloc pesant entre 100 et 1000 maunds (159-1589 kilos). La taille de ces pierres est si habile qu'elles s'ajustent exactement, sans qu'il soit besoin de boue ou de plâtre entre elles. La hauteur de cette enceinte est de 20 coudées, et sa largeur de 10. Toutes les cent aunes, il y a une tour, la semi-circonférence de chacune étant de 8 aunes. Les créneaux sont aussi faits de cette même pierre noire. De l'intérieur de la ville, il y a plusieurs escaliers de pierre, afin que l'on puisse accéder aux remparts, et il y a une embrasure au sommet de chaque tour. La ville a quatre portes. toutes de fer sans aucun éléments de bois, et chaque porte fait face à un des quatre points cardinaux. La porte de l'est est appelée Porte du Tigre, celle de l'ouest Porte byzantine, celle du nord Porte arménienne, et celle du sud Porte du Tell. Hors de ce rempart que je viens de décrire, il y a une autre enceinte, faite de la même pierre. Elle a dix aunes de haut et le sommet est entièrement couvert de créneaux. À l'intérieur des créneaux, il y a un passage assez large pour qu'un homme en armes y circule, s'y arrête et combatte aisément. Les murs extérieurs ont aussi des portes de fer, situées exactement à l'opposé de celles du mur interne, de sorte que si quelqu'un franchit une porte du premier mur, il doit traverser un espace de 15 aunes avant d'atteindre la porte de la seconde enceinte.

À l'intérieur de la ville, il y a une source qui jaillit d'un roc de granit à peu près de la taille de 5 meules. Cette eau est extrêmement plaisante, mais personne ne sait où se situe la source. La ville a beaucoup de jardins et d'arbres grâce à cette eau. Le prince régnant sur la ville est un fils de Nasruddawla* que j'ai déjà mentionné. J'ai vu beaucoup de villes fortifiées de par le monde, dans le pays des Arabes, des Perses, des Indiens et des Turcs, mais jamais je n'ai vu la pareille d'Amid sur la face de la terre, ni n'ai jamais entendu dire qu'elle ait son égal.

* un prince kurde, troisième fils du fondateur éponyme de la dynastie des Marwanides.

Nasir-e Khosrow, Amid, novembre 1046 ; Safarnameh.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs