Parution : Tol, Murat Uyurkulak

Avec la Saison de la Turquie, les parutions-traductions s'enchaînent. Cette fois, il s'agit de Tol, de Murat Uyurkulak, aux éditions Galaade, traduit par Jean Descat.

À lire aussi, sur le site Bersiv, la traduction d'une interview très intéressante de l'auteur, un des rares écrivains turcs qui semblent connaître vraiment les Kurdes autrement que de loin et de l'Ouest :





« Autrefois, la révolution était une fort séduisante possibilité. Je me rappelle ces jeunes civils regardant avec curiosité les somptueuses résidences. Ces êtres rachitiques arpentant les larges avenues, ces femmes en noir mangeant des mûres, ces bouches desséchées proférant des mots implacables… La bouche de ma mère était affreusement mutilée. Lorsque je trouvais la force de la regarder sans terreur, elle ouvrait cette bouche, au milieu de son visage tout couvert de cicatrices, et répétait toujours la même chose : “Ils nous ont baisés et ils baiseront aussi nos enfants. Tout ce qu’il y a en eux d’histoire, de prières, d’armes et même de gloire, ils le vomiront sur nous…” Ma mère était un peu cinglée. Je venais d’entrer à l’école primaire lorsqu’elle s’est vengée. » – Murat Uyurkulak

Tol est l’histoire d’une vengeance. C’est aussi une étrange odyssée dans les collines anatoliennes, jusqu’à Paris, Londres ou Rome.

En pleine nuit, le pays est réveillé par une violente explosion. D’Istanbul à Diyarbakir en terre kurde, un train roule dans une steppe immense. À son bord, Yusuf, qui n’a plus ni père ni mère, ni même un nom, Yusuf, suspect aux yeux d’un pouvoir totalitaire, laisse encore une fois une ville derrière lui. Face à lui, Şair, le Poète. Ils se connaissent – peut-être. Un terrible secret les lie à jamais.

Avec Tol, c’est la soif d’une utopie folle et l’urgence d’une révolution que Murat Uyurkulak nous livre, dans un cri singulier où résonnent, au loin, les voix de Nâzim Hikmet, de Che Guevara ou de Rosa Luxemburg.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs