les Grottes de Haydrahodahus : On ne jure que par la couleur


– Comment peux-tu distinguer la figue d'une créature sans mémoire d'une créature avec une mémoire, Hodahus Anistomis ? lui demanda le prince, en tenant la main de la maquilleuse Rocina, fine comme l'ombre d'un épi.
– La créature qui contemple une autre créature qui manque de certains de ses organes à elle est une créature qui n'a pas de mémoire. J'ai des dessins, dans la huitième grotte des rayons de Vivlavidi, d'oiseaux sans ailes, ni queue. Face à face, leurs rangs se contemplent l'un l'autre d'une manière insupportable dit Anistomis.

*

Le prince descendit deux marches. Il s'arrêta un temps : "Dès demain, chaque couple parmi vous va me raconter un rêve", dit-il, et ses mots tombèrent comme du plomb fondu. Ils hennirent tous d'un hennissement bridé, déchiré, effrayé, tremblant. Le moine articula :
"Le rêve est une couleur. Si nous la dévoilons, nous l'insultons, prince Hodahus."
– J'insulte la couleur, dit le prince.
Les étagères qui supportent les vérités dans l'imagination des créatures d'Hodahus tremblèrent : on ne jure que par la couleur. On ne supplie que le dieu Couleur.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs