Élections irakiennes : dernières estimations

Les chiffres se précisent au fur et à mesure, mais les résultats officiels et définitifs ne seront pas proclamés sans doute avant la fin du moins (le temps de se pencher sur tous les hurlements à la fraude).

Hors Région du Kurdistan :

Mossoul-Ninive : 1o sièges sur 31 pour les Kurdes, dont 9 remportés par le PDK et 1 par Gorran.

Kirkouk : 8 sièges sur 12 pour les Kurdes, dont 4 ou 5 pour l'UPK, 2 pour le PDK, ce qui fait en tout 7 des 8 sièges kurdes qui reviennent à l'Alliance kurde. Gorran, malgré toutes ses attentes, ne réussit pas à obtenir plus d'un siège. Que ses rapports soient ensuite apaisés ou non avec l'Alliance kurde, cela confirme de toute façon la prédominance des Kurdes et des pro-Kurdistanî à Kirkouk et inflige à nouveau un démenti cinglant au Front turkmène et aux mouvements nationalistes arabes anti-réunification.

Dans la Diyala, où sont inclus des districts kurdes comme Khanaqin, les Kurdes obtiennent 3 sièges, 2 pour l'UPK et 1 pour le PDK. Pour le moment les affirmations de Gorran sur un siège qu'il y aurait remporté n'ont pas été étayées.

Les Kurdes remportent aussi 1 siège à Bagdad, sans doute pour l'Alliance.

Région du Kurdistan :

Évidemment, à l'intérieur du GRK pas d'autres partis en lice que les partis kurdes, les partis spécifiquement chrétiens ou turkmènes étant soit dans l'Alliance, soit n'ont pas réussi à obtenir un vote suffisant ; ce qui laisse supposer que les "minorités religieuses ou ethniques" comme aime les appeler Human Rights Watch ont choisi le vote utile, ou se satisfont de la représentation de leurs élus au sein des grands partis.

Erbil : sur 14 sièges, 9 pour le PDK, 5 pour l'UPK, 2 ou 3 pour Gorran, 1 pour l'Union islamique, 1 pour le Groupe islamique (Komal).

Sulaïmanieh : sur 17 sièges, victoire de Gorran avec 7 remportés, 5 pour l'UPK, 1 pour le PDK, 2 pour l'Union islamique du Kurdistan, 1 pour le Groupe islamique (Komal).

Duhok : sur 10 sièges, 9 vont au PDk, 1 à l'Union islamique du Kurdistan. Là, pas de surprise, c'est le gros fief du PDK qui, contrairement à l'UPK, ne fait pas face à un parti d'opposition très menaçant sur ses terres. Le seuls qui se présente contre l'Alliance, l'Union islamique, n'a pas réussi à se coaliser en assez grand nombre pour l'inquiéter. Il faut aussi noter la grosse population chrétienne et yézidie du district qui, évidemment, n'est pas une clientèle d'un parti islamiste.

Donc en tout, victoire appuyée du PDK dans la Région, avec 33 sièges ; l'UPK et ses 13 sièges talonnée par Gorran (11 sièges) ; 7 sièges en tout reviennent aux islamistes, 5 pour l'Union islamique et 2 pour Komal, mais leur mésentente pré-électorale peut laisser douter d'une future coalition kurdo-islamiste au Parlement irakien.

(source Rudaw.net)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs