Diaspora kurde et alimentation dans les pays d'accueil


Depuis les années 1970, et surtout dans les années 1980, la diaspora kurde, dispersée pour des raisons politiques et économiques, s'est installée en Europe et en Amérique du nord. Le nombre des Kurdes de la diaspora s'élève à un million, venu de toutes les parties du Kurdistan. Les principaux pays d'accueil sont l'Allemagne (600 000), La France (100 000), la Suède (25 000), les États-Unis (20 000–30 000) et le Canada (40 000).

Conséquence de cette émigration massive, les Kurdes se sont intégrés dans le secteur de la restauration et ont ainsi ouvert des restaurants kurdes et du Moyen-Orient parmi différentes nations. En région parisienne, il y a plus de 3000 restaurants et pizzerias tenus par des Kurdes. Dans la baie de San Francisco, beaucoup de Kurdes travaillent dans les pizzerias et on les prend pour des Italiens.

Beaucoup de restaurants kurdes attirent une clientèle ouvrière, sont bon marché, et ont une décoration spartiate. Fréquemment à Paris, Londres ou Berlin, vous trouverez des restaurants avec des noms comme 'Ararat', 'Mesopotamia', ou de villes kurdes, tous appartenant à des Kurdes. D'autres restaurants sont plus raffinés, à la fois dans leur décor et leur cuisine, comme le Dîlan, ouvert par un nationaliste kurde de Turquie en 1986; le 'Kirkuk Kaffé' a ouvert à Turin en janvier 1996 et l'hôtel-restaurant 'Dwor w Tomaszowicach', près de Cracovie, appartient à un Kurde irakien qui a étudié en Union soviétique et a eu beaucoup de succès en Pologne dans les années 1990.

Ces restaurants s'adressent principalement à une clientèle européenne, et leurs recettes doivent, pour cette raison, être adaptées aux paramètres du goût et des habitudes culinaires des traditions européennes. On peut ainsi voir le processus d'adaptation subi par les plats kurdes en ce qui concerne les ingrédients, sauces et saveurs, tout comme les adaptations aux processus de cuisson enraciné dans l'occident. Certaines de ces recettes peuvent s'être éloignées de la cuisine kurde, et en devenant populaires, se sont transformées et sont maintenant intégrées dans un nouveau système nutritionnel et gastronomique.

Mirella Galletti, Cuisine and customs of the Kurds and their Neighbors, JAAS, 23, nº1, 2009.

Commentaires

  1. Li Spanyayê jî piraniya Kurdan di resturantê de xebat dikin, navê wan jî: Kurdistan kebab, Nemrud, Kobanî, Medya,..hwd.
    Li lînkê jêr tu dikarî vîdyoyekê li ser retstauranat Medya bibînê.
    http://zinarala.wordpress.com/2008/03/30/sikri-u-resid-li-madrid-e/

    Gellek silav ji Ciudad Real

    Zinar

    RépondreSupprimer
  2. A St Michel , il y a une sandwicherie qui s'appelle "Newroz" et qui est tenue par des kurdes de Duhok.
    En ce qui concerne les döner, je les préfère largement à Paris qu'au kurdistan

    RépondreSupprimer
  3. Ça dépend des Kurdistan. En Irak, on mange bien mieux qu'en Turquie et ça m'a réconciliée avec les kebab et les shish tawuk même si je ne raffole toujours pas des döner.

    RépondreSupprimer
  4. Legleg1:43 PM

    En tout cas les kurdes sont en général tous contents de venir gouter ma cuisine... Marre du tirshik et des kebab?

    c'est vrai que les bouis-bouis de Duhok sont meilleurs que les bouis- bouis de Diyarbakir ou Van

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir,

    si vous faites un tour en Allemagne, à Hambourg, il y a le restaurant Köz Urfa qui est certainement un des meilleurs sinon le meilleur restaurant kurde; il font le pain pour les döner au fur et à mesure des commandes. Les autres plats comme les pidés sont délicieux et c'est copieux. J'y étais encore ce soir et bien que l'on soit lundi, les gens attendent jusqu'à dehors pour avoir une place.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs