Conférence, radio, article : Ghassemlou, chrétiens de Turquie, Europe et Islam, berceuses kurdes




Samedi 25 juin à 16h00,
présentation et signature du livre de Carol Prunhuber :
Pasión y muerte de Rahmán el Kurdo,
édition Alfa, Venezuela, 2008.



Entrée libre : Institut kurde de paris, 106 rue Lafayette, 75010, Paris, M° Poissonnière.

Une interview pour les hispanophones au sujet du livre ici ; un bref article en kurde ici que je résume, le kurde m'étant bien plus accessible que l'espagnol :

Livre consacré à la vie et à la mort de Abdulrahman Ghassemlou, La Passion et la mort de Rahman le kurde, a été écrit en 1992 mais n'avait jamais trouvé d'éditeur jusqu'à ce que les éditions Alfa s'en chargent, l'année dernière. C'est en 1985 que la journaliste Carol Prunhuber s'est rendu au Kurdistan d'Iran pour y recnontrer Abdulrahman Ghassemlou, qu'elle décrit ainsi : "Ce n'était pas seulement le chef d'une organisation armée, mais un homme très intelligent et très cultivé, qui parlait huit langues, qui aimait beaucoup les romans étrangers, et lisait beaucoup de poésie."

Carol Prunhuber cite beaucoup d'autres entretiens passés avec des gens qui ont connu le leader kurde, comme Bernard Kouchner, qui insiste lui aussi sur son intelligence et sa grande culture internationale. D'autres, comme Peter Pilz, accuse directement et clairement l'actuel président iranien, Ahmadinjad, d'être le perpétrateur de son assassinat à Vienne, en 1989.


Radio :


Dimanche 28 juin à 8h00 sur France Culture : Sébastien de Courtois pour Périple en Turquie chrétienne (Presses de la Renaissance). Foi et tradition, J.P. Enkiri.



- à 18h10, sur France Culture : L'Europe et l'islam. Avec les historiens John Tolan (univ. de Nantes) et Gilles Veinstein (Collège de France). Cultures d'islam, A. Meddeb.


Enfin, à signaler, bel article de la Revue de Téhéran sur les berceuses des Kurdes, de Hâshem Salimi, traduit par Babak Ershadi :


Ô Dieu, par l’amour du mont Avalan-Kouh,
Que tes yeux ne soient jamais
sombres.
Dors mon enfant chéri, dors !
Que le désert et la plaine soient
ton doux oreiller.
Dors mon enfant chéri, dors !
Ferme un moment tes
doux yeux sur ce monde.
Tu es la lumière de mes yeux, l’âme de mon corps,
Tu es ce que j’ai de plus précieux au monde.
Dors mon enfant, tu feras
bientôt un beau voyage,
Et tu seras guidé par les ailes des anges.
Dors mon enfant, il est trop tard.
La nuit est ténébreuse et le monde est aussi
dur que la pierre.


Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs