Prix Théophile Gautier 2008 : Juste un pont sans feu médaille d'argent

Juste un pont sans feu, de Seuhmys Dagtekin a reçu la médaille d'argent du prix Théophile Gautier, de l'Académie française.


« J'essaye d'habiter un souffle, une transversalité. De le faire à travers mes langues et à travers le français, sans que cela ne m'éloigne de ceux qui habitent les autres langues, les autres géographies. De tisser mes liens dans cette transversalité et les vivre intensément. Un Kafka, un Dostoïevski, un Artaud, un Deleuze, un Rûmi font partie de ma chair. Mais littéralement. Je me dis, tout comme j'appartiens à l'humain, aussi tout ce qui est humain m'appartient que je tente de relier avec ce pont, sans feu. » S.D. « Seyhmus Dagtekin, retenez ce nom, il s’agit peut-être d’un des grands poètes français de la nouvelle génération. Pas mal, n’est-ce pas pour quelqu’un qui a appris le français comme Conrad l’anglais, c’est-à-dire à l’âge adulte, et qui comme Conrad est devenu un virtuose de sa langue d’adoption. » Fouad Laroui.

Biographie de l'auteur
Seyhmus Dagtekin est venu au français à l'âge de 22 ans. Il est né en 1961 à Harun, village kurde au sud-est de la Turquie. Il fait des études en audiovisuel à Ankara, puis arrive à Paris en 1987. Récrit en turc, en kurde ou directement en français. Il est notamment l'auteur des recueils Les Chemins du nocturne, Prix international de poésie francophone Yvan Coll. Le Verbe temps, Couleurs démêlées du ciel et La Langue mordue (Le Castor Astral), ainsi que d'un roman, A la source, la nuit (Robert Laffont).

  • Poche: 92 pages
  • Editeur : Le Castor Astral (5 juillet 2007)
  • Collection : POESIE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2859207163
  • ISBN-13: 978-2859207168

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs