Conférence, exposition




A l'occasion du 20ème l’anniversaire d’ANFAL
Campagne génocidaire lancée par le régime de Saddam Hussein
contre la population civile du Kurdistan irakien


Dr Joost Hiltermann
Chercheur et auteur de l’enquête de Human Rights Watch

Génocide en Irak

de passage à Paris, donnera une conférence exceptionnelle.

le lundi 14 avril 2008
à 17 heures

Institut kurde de paris, 106 rue Lafayette, 75010 PARIS. Entrée libre.

***

Dans le cadre des séminaires Religions de l’Eurasie assurés par Mojan MEMBRADO, le professeur Eric PHALIPPOU, professeur de littératures et de cultures persanes à l'Université
Libre de Bruxelles donnera à l'INALCO une conférence :


Analyse praxéologique du rituel du Yasna
(la liturgie savante zoroastrienne)
à partir de son film en un seul plan séquence


le Jeudi 17 Avril 2008
15h30-17h30

INALCO- Centre Clichy, Salle 116, Institut national des langues orientales, département Eurasie, section kurde.
Centre Universitaire de Clichy
106 quai de Clichy
92110 Clichy
Métro : ligne 13 - station Mairie de clichy
Autobus : ligne 54 - station Léon Blum, 74 Hôpital Beaujon, 174 Mairie de Clichy, 340 Léon Blum

***



QEREDAX- ENTRE LE TIGRE ET L'EUPHRATE


Photographies de Murat YAZAR

L'exposition est ouverte au public du 21 au 30 avril 2008, du lundi au samedi de 14h00 à 19h00.

Vernissage le samedi 19 avril à 16 heures

Institut kurde de paris, 106 rue Lafayette, 75010 PARIS. Entrée libre.

"Murat Yazar est né en 1978 à Urfa, dans cette cité biblique, lieu de naissance d’Abraham. Il se définit comme un photographe qui s’applique à capturer des tranches de vies malgré le temps qui passe. Il se laisse bercer dans l’espace et dévisage le temps à travers le prisme de son objectif, sans demander une attitude particulière puisqu’il s’agit des épreuves d’une vie, de sentiments et d’histoires imprimés sur des planches.

Le regard porté sur ces photographies d’enfants, de vieillards ou des paysages du Kurdistan ne devrait pas manquer d’éveiller à son tour un échange, une relation, une histoire avec le public."

Site de l'artiste.

Diaporama de l'exposition

Commentaires

  1. Merci pour votre reponse Sandrine ; en effet par raport à Saladin , cela reste pour moi un mystere car lorsque l'on lit sa biographie , surtout au debut de sa vie il est tres proche des soufis .
    Vous avez beaucoup de chance à Paris , il se passe beaucoup de choses .

    RépondreSupprimer
  2. Il était très pro-soufisme et est à l'origine de la fondation de beaucoup de khanqah mais il ne pouvait pas blairer les ismaéliens (qui avaient un peu tenté de l'assassiner) et il a poursuivi une politique anti-chiite assez paranoiaque. Or on avait dénoncé Shihab od-Dîn comme sympathisant chiite (alors que rien dans ses écrits ne le montre de façon probante)ou "zindiq" soit manichéen-zoroastrien (un peu plus vrai, disons que c'était un syncrétiste).

    Mais en fait la raison était politique : ce sont les milieux rigoristes alépins, les fuqaha et les uléma, qui ont demandé avec insistance la mort de Sohrawardi. Parvenu d'origine kurde (pas bien vu) avec une dynastie sans grande assise (le calife n'a jamais nommé Saladin sultan par exemple) le commandant du Jihad ne pouvait pas de permettre, à ses yeux, du moins de s'aliéner les Arabes d'Alep, et comme en plus Saint-Jean d'Acre venait d'être repris par les Croisés, son pouvoir vacillait un peu...

    Il y a donc eu un faisceau de circonstances malheureuses pour l'exécution et surtout le fait que Sohrawardi, brave et grande gueule, ne n'est pas couché devant ses juges, ni enfui, comme il aurait pu le faire facilement, chez les princes artoukides de Diyarbakir ou Kharput.

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir ;

    effectivement les circonstances politiques d'alors ont du jouer un rôle dans son execution .
    Je suis étonné tout de même de voir qu'aujourd'hui il existe toujours une confrerie Sohrawardiya parmi les musulmans sunnites dit "orthodoxe" .
    Je vais continuer à chercher car le sujet m'interesse ...

    RépondreSupprimer
  4. La Suhrawardiyya ? Le fondateur n'est pas le même. En fait il y a trois soufis à porter la nisbah Sohrawardi.

    Celui qui a fondé la Sohrawardiyya, Diya od Din (mort en 1168) et qui avait un autre Shihab od-Din pour neveu, mais dont le prénom était 'Omar. Ce dernier était un grand sufi, un théoricien de la futuwwat. Il est mort de sa belle mort, lui, à Baghdad je crois. Et c'était effectivement de convenables sunnites.

    Sohrawardi Yahyâ l'ishraqî a surtout eu des émules en Iran chiite et en Inde, bien plus tard. Son ordre à lui ce sont les Ishraqiyyun, mais ça a toujours été une école de pensée et on une tariqat. Il a été oublié ou occulté dans l'islam sunnite mais dans le chiisme est très bien vu. Il y a même une rue Sohrawardi dans un quartier chic de Téhéran... Il a influencé Nasir od Din Tusi et plus tard Mollah sadra Shirazi et même les néo zoroastriens en Inde.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Sandrine ;

    je vous remercie pour avoir pris le temps de me repondre . Je suis vraiment admiratif en ce qu concerne vos connaissances , pas seulement sur ce sujet mais en général .
    J'ai fait des recherches de mon côté egalement et effectivement Abu Hafs Omar avait eut le soutien du calife .
    En ce qui concerne le Sohrawardi de votre coeur il semblerai effectivement qu'il est été éxecuté par Saladin pour heresie .

    J'ai fait un petit tour sur le forum auquel vous participé ; il possible que je m'y inscrive dans les mois `venir car je souhaites faire un voyage d'Istanboul à Damas au début de l'année prochaine et ce en bus et train eventuellement pour visiter les lieux historiques et hauts lieux du soufisme ainsi que les gens eidement .
    J'aurais donc quelques conseils à demander aux divers menbres du forum vu que certains semblent avoir de l'experience de cet endroit du monde .

    Bonne journée

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs