La Question kurde au XXI° siècle

Lundi 25 février 2008, de 9h30 à18 h30

La question kurde au XXIème siècle
organisée à l’occasion du 25ème anniversaire de l’Institut kurde de Paris

aura lieu au PALAIS BOURBON-Salle 62-17-126, rue de l’Université, 75007 Paris.


Présentation

"L’Institut kurde a été fondé dans une période particulièrement sombre de l’histoire kurde. Contentons-nous de quelques faits : après avoir lancé une guerre destructrice contre son voisin l’Iran, Saddam Hussein inaugure une politique exterminatrice à l’encontre des Kurdes ; le meurtre, en 1983, de 8.000 Barzani constitue un signe avant-coureur des répressions à venir. En Iran, où la révolution de 1978-1979 se solde par la victoire du clergé, les villes kurdes deviennent le théâtre d’une répression massive, incluant l’usage de l’aviation militaire contre les civils. En Turquie, le régime militaire instauré en septembre 1980 considère la kurdicité comme une pathologie à soigner par le nationalisme turc et transforme les provinces kurdes en prisons à ciel ouvert. Bien que convoités par le pouvoir d’al-Assad, les Kurdes syriens sont réduits au silence, nombre d’entre eux, dépossédés de leur nationalité, ne jouissent pas d’une existence légale.

Dans ces circonstances, la diaspora kurde en Europe prend la relève pour devenir le centre névralgique, non tant des luttes politiques, mais d’une résistance pour la sauvegarde d’une culture effectivement en péril. La fondation de l’Institut kurde constitue le premier signe majeur d’un renouveau depuis un espace éloigné.

Le quart du siècle écoulé depuis fut riche aussi bien en tragédies qu’en espoirs : les Kurdes irakiens menacés d’une disparition paraissant inéluctable au lendemain des opérations Anfal en 1988-1989, purent, à la faveur de la Deuxième Guerre du Golfe (1991) s’engager dans une expérience d’autonomie politique ; la décapitation du leadership kurde iranien (1989-1992) n’entrava guère le renouveau culturel kurde dans ce pays ; malgré sa politique de terre brûlée, mise en place en réponse à la guérilla du PKK, la Turquie ne parvint guère à «éradiquer» la Kurdicité.

Depuis une décennie, les Kurdes syriens connaissent un renouveau qui passe par l’engagement pacifique dans la lutte aussi bien pour la démocratie que par les droits culturels. Enfin, alors que disparaissent les anciennes figures intellectuelles, souvent collaborateurs actifs de l’Institut (Zaza, Cegerwxin, Güney, Uzun...) sans voir réaliser leurs rêves d’un Moyen-Orient démocratisé où les Kurdes auraient toute place ensemble avec les autres peuples, de nouvelles figures investissent les champs littéraires et artistiques.

Au-delà d’un moment de réflexion sur son propre passé, l’Institut kurde souhaite, à travers ce colloque, faire le bilan de ces 25 dernières années de l’histoire kurde."


Programme

9h30 : Accueil des participants

10h00- 10 h 30 : Mots de bienvenue et introduction aux débats

* ∗ François Loncle , député de l’Eure
* ∗ Danielle Mitterrand , présidente de la Fondation France-Libertés
* ∗ Kendal Nezan : 1983-2008 : l’Institut kurde, un regard rétrospectif


10h00 -13h00 : Etudes de cas

Modérateur : ∗ Abbas Vali , président de l’Université du Kurdistan, Erbil

* ∗ Gilles Dorronsoro , professeur de sciences politiques à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne
* ∗ Hashem Ahmadzade , maître de conférence à l’Université d’Exeter
* ∗ Gareth Stansfield , co-directeur, Centre des Etudes kurdes, Université d'Exeter
* ∗ Jordi Tejel , chercheur à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) : Les Kurdes en Syrie


12h30 – 14h15 : déjeuner

14h30-16h30 : Regards transversaux

Modérateur : ∗ Jonathan Randal , journaliste et écrivain

* ∗ Hamit Bozarslan , professeur de sciences politiques à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS) : La question kurde de 1983 à 2008
* ∗ Ann-Catrin Emanuelsson : La Diaspora comme espace culturel et politique
* ∗ Clémence Scalbert , docteur en géographie : Le champ culturel kurde aujourd’hui


16h30-18h30 : Les perspectives de la question kurde au XXIème siècle

Modérateur, ∗ Bernard Dorin , ambassadeur de France

* ∗ Gérard Chaliand , spécialiste de géopolitique
* ∗ Peter Galbraith : ancien ambassadeur des Etats-Unis en Croatie
* ∗ Fuad Hussein , directeur de cabinet du président du Kurdistan
* ∗ Najmaldin O. Karim , président de l’Institut kurde de Washington
* ∗ Kendal Nezan , président de l’Institut kurde de Paris

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs