Mahwî : Taverne


"Le prédicateur fait des reproches
à l'ivrogne de la taverne,
car il n'accepte pas le prédestiné.
Moi, je suis satisfait de la mienne.

L'ascète manifeste sa dévotion hypocrite,
car il souhaite le paradis,
espérant rentrer dans le jardin
grâce à une fourbe récompense.

Le chagrin est prospère sous ma protection.
Je m'en vais.
Le pays du chagrin disparaît.

La peine du chagrin n'est pas blanche
comme celle de l'attente.
ma douce : regarde, le blanc de mon oeil.

Regarde les motifs de Dieu,
ne regarde pas ses créatures.
Si tu es méfiant,
n'approche personne.

Mahwî, méfie-toi des yeux de cette gazelle,
puisqu'avec les flèches de ses regards
elle a chassé tant de lions*."

* en arabe dans le texte.

De cette Nuit naissent des Aubes, trad. Ahmed Mela.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs