le cas Hamit Geylanî

Toujours performant dans sa défense de la richesse et de la pluralité des cultures anatoliennes, le gouvernement turc actuel a demandé la levée de l'immunité parlementaire du député DTP Hamit Geylanî, parce que celui-ci avait osé, lors de sa campagne électorale, s'adresser en kurde en juillet dernier à ses électeurs potentiels, dans la ville kurde de Yüksekova, Hakkarî où, effectivement, la plupart doivent mieux comprendre le kurde que le turc.

Hamit Geylanî a, pour sa part, sobrement répliqué : "Même si c'est un crime, je persisterai à le commettre." Avant d'expliquer l'affaire plus en détail dans une déclaration : "Il y a eu des demandes de levées de mon immunité parlementaire parce que j'ai parlé kurde lors d'un rally électoral à Yüksekova. Ce discours, je l'ai fait en connaissance de cause, volontairement, et avec amour. Personne ne peut m'empêcher de dire "Bonjour !" à mon peuple dans ma langue maternelle et de parler des problèmes de ce peuple dans sa langue maternelle. Personne ne pourra lever mon immunité*. Personne ne peut m'empêcher de parler dans ma langue maternelle."

*Là, il est peut-être un peu optimiste...


'Stupidity, however, is not necessarily a inherent trait.'
Albert Rosenfield.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs