Un pipeline de Kirkuk à Ceyhan ?

Alors que tout le monde s'agite en Turquie, Irak, Kurdistan, Iran, autour de questions aussi mêlées que le PKK, le référendum de Kirkouk, la reconnaissance du Kurdistan fédéral, etc., le véritale enjeu et finalement la résolution des questions se situent peut-être dans cette annonce du ministre irakien du Pétrol, Mutasim Akram, évoquant le projet d'un pipe line qui relierait le pétrole de Kirkouk au port turc de Ceyhan.



Forcément, ce pipe line devra passer par Erbil et Duhok. Ce qui implique trois fois les Kurdes : ce sont eux qui sont en charge de la sécurité des exploitations de pétrole autour de Kirkouk (comme pour les régions de Sindjar, le gouvernement de Bagdad leur a demandé d'assurer la sécurité de la zone avant même que le référendum ait été réalisé) ; évidemment le pipe line passera en plein dans la Région kurde ; et naturellement il passera aussi par la frontière kurdo-turque ce qui implique une pacification de la zone, soit plus d'incursions du PKK et aussi l'arrêt des bombardements turcs. Mais voilà l'Irak a un besoin criant d'exporter son pétrole et faire traverser toutes les régions sunnites plus chiites au pétrole de Kirkouk jusqu'à Basra s'avère sans doute plus problématique. Quant à l'actuel pipe line qui mène à Ceyhan il doit passer dans les régions sunnites de Mossoul, qui sont quand même parmi les plus dangereuses de l'Irak.




Les Kurdes d'ailleurs, même pour le pétrole de Zakho, ont besoin aussi d'écouler ce pétrole. La Turquie peut en jouer pour geler la réunification de Kirkouk au Kurdistan d'Irak. Maintenant si elle trouve également dans son intérêt dans ce pipe line les négociations en sous-main peuvent s'en trouver notablement arrondies. (source : Kurdnet)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs