Cette semaine, coup de projo sur : Kani Karaca



Puisqu'il semble que l'AKP soit en passe de remporter les élections et que le CHP soit le grand perdant, on risque d'entendre hurler encore un bon moment les "gardiens de la laïcité" turque en uniforme prêt à proclamer la patrie en danger à chaque fois qu'une fille se noue un foulard sous le menton. Comme il va falloir qu'ils s'habituent à vivre dans une dangereuse république islamique, on leur dédie ces chants soufis interprétés par Kani Karaca avec, en prime, la récitation de la Fatiha ou Sourate I du Coran. Nul doute qu'ils apprécieront.





Kani Karaca, né en 1930 est mort récemment, en 2004. Originaire d'Adana, il devint aveugle à l'âge de 2 ans. Son infortune contribua sans doute à développer sa mémoire. A l'âge de 11 ans il commença de réciter le Coran tout en étudiant les sciences religieuses. Cela ne l'empêcha pas de poursuivre plus tard des études de musicologie et en plus de ses talents de récitation coranique, il interpréta avec talent des chants classiques et religieux.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs