Coup de projo sur : Tania Arab


Cette fois-ci cap au sud avec Tania Arab et 3 musiciens comme lui originaires du Kurdistan d'Irak. Le chanteur, né à Hewlêr, la capitale, est un des plus réputé dans le genre heyran, ces chants populaires qui aniamient les veillées. Le lawk est une poésie traditionnelle chantée, à thème épique ou amoureux. Ici, il s'agit d'un répertoire uniquement amoureux, à thème classique dans la chanson kurde : éloge de la bien-aimée, de ses attraits physiques, invites coquines de la belle à partager la nuit avec son amoureux, , avec un zeste d'érotisme toujours récurrent dans la poésie amoureuse kurde.

Dêwanim (Je suis fou) :

"Fou d'amour, je pars sur les traces des nomades !
Ô ma bien-aimée, pourquoi être partie si loin ? A quoi sert de se plaindre au pays de Mukriyan ?
Les parents de ma bien-aimée aux lèvres fines
Refusent de m'accorder sa main !"

Ce lawk est un dialogue entre Khanim e t son mêwan (son invité) :

- Ô Khanim je ne puis te voir que sur le toit de ta maison !
noircis-toi les yeux avec du khôl
Toi qui sais si bien les ruses des filles de la ville !
Peigne-toi les cheveux, rosis-toi les joues !
Je mettrai le lit sur la terrasse avec des coussins et des oreillers de plume d'oie
dans l'obscurité de la nuit je commencerai à l'embrasser !
à l'abri des regards des invités
Ô jeune fille ! Quest-ce que j'endure pour pouvoir t'embrasser !

Réponse de la bergère au berger :

- Mon invité ! mon invité !
C'est mon invité pour la nuit !
Si le lit de mon invité n'est pas confortable
il se reposera sur ma poitrine !"


Parêshanim (j'ai l'esprit égaré) :

"L'amour fait chanter le rossignol au printemps
L'amour fait tourner le papillon autour de la flamme
Je suis amoureux de tes beaux yeux et j'en souffre !
Je ne sais comment guérir la plaie de mon coeur meurtri
Amoureux à la folie, j'ai la maladie de l'amour."

Heyran :

Heyran ! Heyran ! Ô frères ! Heyran !
Le remède à tous les maux
est de caresser les seins de sa bien-aimée
et de se serrer très fort contre elle la nuit !"

Beguî :


Le francolin, la caille et le héron se réunissent à la source
Je prie Dieu de les surveiller
Il y a tant de danger sur leur chemin.
Beguî est partie d'ici, telle la lune qui disparaît du ciel
Le soleil est couché, Beguî ! Ma lune, reviens !"

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs