Les tambours des Kamkars



Coup de projo cette semaine sur les Kamkars, avec le Chant des Tambours, une composition jouée principalement avec des percussions (plus des cris de Comanches pour un dhikr très énergique, à tel point qu'I Tunes l'a classé dans la catégorie "Rock" ce qui est un peu exagéré).

Bref les mélodies sont inspirées du Dhikr des soufis (les Kamkars sont originaire de Sine, Kurdistan d'Iran, où les soufis sont nombreux et fort actifs dans leur sema. Le daf est un instrument primordiale pour la musique des derviches kurdes, tout comme le ney pour les mevlevis. Le tâs est un tambourin qui accompagne le daf durant le semâ. On en joue aussi lors des éclipses pour conjurer le soleil de revenir et aussi pour les cérémonies de la pluie. Le duhol, c'est cette énorme percussion joué traditionnellement dans toutes les fêtes kurdes avec le zorna (clarinette). Le double-tambour (do table) est un assemblage comme son nom l'indique : un grand et un petit tambour, que l'on suspendait au cou des chevaux dans les batailles et qui jouaient des marches de guerre et de charge. Le dâmâm est un tambourin à deux faces, que l'on joue assis ou debout. Le Zarbe-Zoorkhan est fait de terre cuite, très lourd, et est joué au sol, en le frappant des deux mains. Le Tombak est omniprésent dans toutes les musiques d'Iran. Il est aussi en deux partie, une large et une étroite, on le joue des deux mains.



Bijan Kamkar: daf

Pashang Kamkar: do-table
Arzhang Kamkar: tombak, zarbe-zoorkhane
Arsalan Kamkar: barbat, violin, viola
Ardeshir Kamkar: dohol, damam, viola
Ardavan Kamkar: santur
Hooshang Kamkar: Tas

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Manuel de Soureth ou comment apprendre la langue des anges

Le syriaque, langue d'Abraham, des soufis et des Anges

L'alimentation kurde comparée à celles des autres communautés du Kurdistan : Arméniens, Assyro-Chaldéens et Juifs