Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2006

La folle sagesse

Hier, écouteFor intérieur. Un inconnu (de moi, je ne connais jamais les invités de cette émission, pas plus que ceux desVivants et des dieux. Bizarrement, mon panthéon se trouve plus dans les émissionsd'Enthoven. Bref, un juif d'origine parlait de sa foi bouddhique, et son choix d'un maître déjà mort pourtant,Chogyam Trungpa. Des propos sur la chevalerie, les guerriers d'un Royaume, qui m'ont intéressée. Et aussi le fait que ce maître suive la Voie du blâme, la seule que j'aime vraiment, au fond. Celle du rieur à qui toute règle en vue de se faire bien voir de Dieu fait hausser les épaules, ils nous fatiguent ces bons croyants, ces bons élèves, qui font tout comme il faut et se satisfont si bien de leur méritante vertu, tout en conmtant bien au fond d'eux, que Dieu leur rende justement leur dû. Le fol en Dieu, ce serait plutôt : "Je T'aime mais je ne me ferai pas aimer par Toi en raison de mon obéissance." Et aussi : "Mon amour pour Toi n…

APPEL A CANDIDATURE

Bourse d'Aide à la Recherche (BAR)

L'Institut français de recherche en Iran met au concours une bourse d'aide à la recherche pour une durée de deux ans (éventuellement renouvelable deux ans) à compter du 1er septembre 2006. Les candidats devront préférentiellement avoir pour champ de recherche l'Iran contemporain et, si possible, mener des travaux sur l'un des domaines suivants :

- les villes, saisies dans leurs dimensions spatiales et sociales ;
- les loisirs et les activités culturelles;
- les identités régionales et ethniques ;
- la parenté et ses usages sociaux.

Ces indications ne sont cependant pas impératives. Tout dossier portant sur la période contemporaine, mais aussi sur l'archéologie de l?Iran ou sur l'Iran classique, sera considéré avec attention.

La sélection se fera sur examen du dossier de candidature par le Conseil scientifique du Pôle TIAC (Turquie Iran Asie centrale) du Ministère des Affaires Etrangères. Une audition pourrait être exigée.

Con…

Sombres crétins

Le PKK qui avait enlevé en Turquie un policier turc il y a quatre mois, l'ont libéré... au Kurdistan d'Irak. ça c'est intelligent, c'est très sympa pour les copains du sud, à l'heure où la Turquie regueule pour contrôler Kirkuk et freiner l'émergence d'un Kurdistan stable et autonome et ... complet dans ses frontières.
Ils pouvaient pas le libérer au nord, dans les frontières "turques" ? Non bien sûr ! il faut bien montrer qu'on opère et qu'on stationne au sud, histoire de donner des arguments aux bellicistes turcs qui s'appuient sur l'activité des bases du PKK en Irak pour y justifier leur "présence ou future intervention militaire".
Ce qui est bien avec eux, c'est qu'on peut être sûr qu'ils essaieront toujours de dégommer l'indépendance des Kurdes d'à côté. Ils n'ont été capables ni de gagner la guerre ni d'avoir un Etat, mais ils feront tout pour empêcher que ça marche à côté.

Kamal Qadir, combattant de la liberté ou homophobe ?

En gros, les mésaventures de Kamal Qadir peuvent se résumer ainsi. Il écrit depuis des années des articles fustigeant la corruption et le népotisme du gouvernement kurde, alignant pour cela des faits probablement très vérifiables et indubitables. N'est-ce pas son droit selon les critères de la liberté d'expression ?

Et de ce fait, durant son emprisonnement il a bénéficié de la défense et du soutien non seulement des voix kurdes au nom de la démocratie, mais aussi de grandes ONG spécialisées dans les droits de l'Homme et de la liberté d'expression, comme Amnesty et Reporter sans Frontière. Le Gouvernement autrichien s'est naturellement soucié du sort d'un de ses ressortissants.

Comme on le voit, à première vue cela apparaît comme un combat "intellectuels progressistes-démocrates" vs "gouvernement rétrograde et arbitraire"... Les premiers ont gagné, Kamal Qadir a été libéré, la morale est sauve.

Sauf que... personne n'a noté que la teneur d…

Donnez-vous la peine d'avoir des remords...

A l'annonce de la libération du "publiciste" Qadir, Ursula Plassnik, la ministre autrichienne des Affaires étrangères a exprimé son soulagement, etc et a ajouté que cette libération prouvait que la décision de l'Autriche d'ouvrir une représentation permanente à Baghdad était "la bonne décision".


Sauf que les Kurdes n'en ont rien à faire de Baghdad et que de toute façon ce sont les tribunaux kurdes qui avaient jugé, condamné, et qui ont finalement relâché Kamal Qadir, Baghdad n'a rien à voir avec tout ça (ni dans le mauvais ni dans le beau rôle) ... et c'est les Irakiens qu'on félicite !

C'est un coup à ce que les Kurdes en rogne le refoutent au gnouf, juqu'à ce que l'Autriche ouvre une représentation à Hewlêr, tiens !

TV : Où sont nos disparus ?

Tayfun Pirselimoglu, 2003, Le Pays de nulle part, Festival International Premier Film-Annonay


Dimanche 29 janvier à oh20 sur ARTE : Où sont nos disparus ? téléfilm de Tayfun Pirselimoglu, 2002. Sükran, employée à la gare d'Istanbul, se lance sur la piste de son fils disparu, une piste qui l'amène dans un petit village de Kurdistan...



22 janvier 1946

Qazi Mohammad


Le 22 janvier 1946 fut proclamée la République de Mahabad, au Kurdistan d' Iran. ça n'a pas duré longtemps, un an, avant son écrasement, mais la légende reste.



Notre ami Saddam

Travaillant sur une route, les Kurdes d'Irak sont tombés sur une fosse commune (une de plus) à Chamchamal, près de Silêmanî.

A Rome, dès qu'on donne un coup de pelle quelque part, on tombe sur des vestiges archéologiques, ce qui pose quelques problèmes pour la construction des lignes de métro. Au Kurdistan, c'est les fosses communes qui posent problème. Bienvenue à Anfaland.

Soutenance de thèse : La Question du Kurdistan irakien 1991-2005

Le mardi 10 janvier 2005, à Paris I Sorbonne a eu lieu la soutenance de thèse en science politique de Saywan Barzani sur La Question du Kurdistan irakien 1991-2005, avec Charles Zorgbib pour directeur de thèse. Les deux rapporteurs étaient Joyce Blau et Roger Tebib. Le jury était également composé de Gérard Chaliand et Bernard Dorin, et Michel Lesage le présidait.


(En attendant que ça commence, on peut voir Bernard Dorin au fond, en train de dessiner une carte comme à son habitude, c'est même à ça que je l'ai reconnu de si loin et de dos...)


Saywan Barzani expose le sujet de sa thèse et son argumentaire :

Cette thèse est la continuité de son mémoire de DEA : La Stratégie des institutions politiques du Kurdistan irakien. C'est donc la reprise et la poursuite de son analyse d'une période d'exception pour les 2 pays, l'Irak et le pays kurde. La situation d'autonomie de facto qui fut instaurée au Kurdistan après 1991 et la Guerre du Golfe, qui est pour les Kurdes …

L'âge d'or des sciences "arabes"

Peut-être une exposition intéressante, mais dont le titre et le début de la présentation font quand même hausser les sourcils : " Lorsque l'on songe à l'apport des savants arabes au développement scientifique de l?Europe" puisqu'y sont présentés aussi bien des savants arabes que des Syriaques comme Ibn Bakhtishu, des Iraniens ou Turco-Iraniens ? comme al-Khwarizmi (Khwarizm est l'ancien nom de Kihva, aujourd'hui en Ouzbekistan), d'al-Qazwini (Qazwin est une ville de l'Iran occidental), d'?Abd al-Rahmân al-Sûfî (né à Rayy, Iran) ... et par souci d'objectivité, je me bornerai à dire qu'al-Jazari (c'est-à-dire de Jazirah) pouvait être aussi bien Arabe que Syriaque que Kurde.... et qu'il passa toute sa vie à Diyarbakir, à la cour turcomane des Artoukides...



Al-Jazari, traité des Automates, Topkapi Museum, XIII° siècle.


que l'on parle de Samarcande, de Jaiphur, de Delhi, et des céramiques " minaï " " haft-rang "…

Histoire du nationalisme kurde : Ahmedê Khanî

Ahmedê Khanî est né en 1651, dans la principauté de Hakkarî ( au nord du Kurdistan). Il a vécu à Dogubeyazit (au nord de Van), où il mourut en 1706. Il fut à l'origine d'une école littéraire, l'école de Dogubeyazit, qui fut active durant tout le 18° siècle. Son mausolée s'élève en face du palais des princes kurdes, le palais d'Ishak Pacha. Encore aujourd'hui, les Kurdes viennent de partout le visiter. Plus qu'un simple poète, Khanî est en effet considéré comme un grand cheikh, un baba.
Mausolée d'Ahmedê Khanî, Dogubeyazit. Photo Roxane.

La légende Mem etZîn, extrêmement populaire au Kurdistan, est peut-être la continuation orale d'une antique légende anatolienne. Par ailleurs, plusieurs versions ont dû circuler, car les chefs féodaux kurdes avaient leur poète ou barde attitré (stranbêj ou dengbêj), qui avaient appris par coeur un nombre impressionnant d'oeuvres, des chants amoureux (delal) aux épopées héroïques, comme le fameux Memê Alan, datant p…

TV, Radio : mon fils sera arménien, Saddam Hussein, Gilles Mardirossian, Rabi'a

Jeudi 5 janvier, sur ARTE, un documentaire de Hagop Goudsouzian : Mon fils sera Arménien. 20h35.

Mardi 10 janvier, sur Histoire, un documentaire de Michel Vuillermet : Saddam Hussein, le maître de Baghdad. 20h50. (rediff. le 13/1 à 11h10, le 16/1 à 21h45, le 8/1 à 14h45).

Tourné en 2002, forcément juste avant la Troisième Guerre du Golfe. Mais le plateau-débat qui suit réunit Hubert Védrine, Christian Chesnot et Hosham Dawoud, soit trois intervenants opposés à l'invasion américaine, dont le dernier assez furieusement ; comme équilibre c'est douteux.

France-Musique : Alla breve, Gilles Mardirossian, avec Anouch Donabeidian au kemençe, Virginia Pattie Kerovpyan (chant) Aram Kerovpyan (percussions) et Raffi Kevorkian (duduk).

France Culture : Dimanche 8 janvier, à 20h30. Une vie, une oeuvre, Râbi'ah al-'Adawiyyah et la doctrine de l'amour spirituel. Avec A. Penot, Salah Stétié, P. Lory.

Concerts

Le 6 janvier à 20h30 : Les Maîtres de musique d'Arménie : 5 solistes avec luth, vielle, hautbois et flûtes, sur les chants d'Anna Mayilian.
( de 9 à 22 ?).

et le samedi 7 janvier à 20h30 : Gaguik Mouradian au kamentché et Claude Tchamitchian à la contrebasse improvisent,en mêlant musiques traditionnelles arméniennes et jazz.

Maison de la Musique, 8 rue des Anciennes-Mairies, Nanterre (92). Tél. : 01 41 37 94 21
*** *** ***






Le 7 janvier à 18h00 :

Aynur & Mikaïl Aslan
au Théâtre du Gymnase Marie Bell -38, boulevard de Bonne Nouvelle
75010 Paris -Métro : Bonne-Nouvelle
Hasan Agirdag : 0633630004
Hidir Agirdag: 0607698083
Emirali Dogan: 0661814241
25 ?

(c'est-à-peu près tout ce que j'ai pu trouver comme renseignements, parce que si vous comptez sur le site du théâtre pour les renseignements et les annonces, vous pouvez vous brosser... les numéros de téléphone piqués sur le site du chanteur vous aideront un peu plus...)




site kurde le plus sympa de l'année

Apparemment, ça ne fait pas que des heureux, mais à la prochaine gueule de bois, on pourra se dire que c'est pour la bonne cause !